Rencontre coquine sans amour..

« Une rencontre coquine en Floride »

« Pourquoi le monde est sans amour », nous chantait Mireille Mathieu comme un oracle de la dernière heure venu annoncer ses ultimes avertissements au monde du 20ème siècle.. Ce monde de plus en plus excessif avec de moins en moins d’amour !
Si je vous rappelle ce morceau de musique d’après-guerre, c’est tout simplement pour relater l’histoire d’un ami qui vient de faire une Rencontre coquine avec une américaine de Tampa Bay, en Floride. En réalité, il l’a rencontré à l’école de gendarmerie qu’il fréquente depuis quelque temps après trois ans de célibat aride et avéré. Au départ, il commençait à se faire bien voir étant donné qu’il était doté d’un physique construit, ce qui lui permettait d’accéder à quelques opportunités de communication avec les plus belles filles coquines de sa promotion. Puis, rapidement, l’américaine a commencé à occuper le centre de son horizon, lui permettant ainsi de jouir d’une situation de bien-être et de ressentir la joie de vivre.
 » Tu sais, c’est une fille comme ça », « On va bien s’amuser et nous verrons ensuite », « Je ne suis pas du genre à tomber amoureux sur un claquement de doigts« : voilà, grosso modo, le discours « off » de la relation avant que celle-ci ne débute.

Après quelques mois de forfanterie, la semaine décisive arrivait enfin et mon ami allait manger une glace avec la Yankee qui n’attendait qu’une seule chose, découvrir plus en détails son corps si bien sculpté.
Ce fut chose faite environ deux heures après la commande de la triple boule vanille-nougat au caramel et pépites de chocolat.. Cette précision de choix dans les divers parfums de la glace témoignait donc du cérémonial nécessaire à cette union et de l’importance aussi bien pour l’un que pour l’autre d’avoir un support éventuel pour une future rencontre coquine. « La glace est à ton goût ? Oui, elle est excellente mais trois boules c’est un peu trop.. »
Deux jours plus tard, c’était l’étape du rendez-vous en milieu intime (concrètement, un lit dans une pièce n’excédant pas les trente mètres carrés). Ce rendez-vous avait été négocié en une douzaine d’heures de communication téléphonique où sa copine américaine a martelé sa croyance en Dieu, sa fibre pieuse et sa volonté de rencontrer un homme prêt à la soutenir et à traverser l’existence à ses côtés. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle a voulu s’assurer qu’il n’y aurait pas de relations sexuelles s’ils se voyaient au cours du week-end. Bien que très loin de tout romantisme, le rendez-vous s’est finalement vu être fixé au sein d’une chambre d’internat propre à l’école..
Bien entendu, l’ambiance était chaude au bout de quelques minutes et puisqu’il n’y avait officiellement pas le droit de faire l’amour, les deux tourtereaux se massaient respectivement..
Le jeu de main devenait de plus en plus chaud et chacun profitait de petits instants de déconcentration pour caresser des zones chaque fois un peu plus érogènes. Venait ensuite le moment de faire avouer à mon ami ses sentiments, étape obligée s’il voulait caresser l’espoir de la pénétrer en douceur et il l’avait bien compris.. Une fois les mots doux exprimés, c’est-à-dire environ deux minutes plus tard, ils débutaient leurs ébats amoureux et à la grande surprise de mon ami, sa copine se métamorphosait en nymphomane notoire aux limites du pathologique ! L’extase pointait donc le bout de son nez pour mon ami..
rencontre coquine sans amour
Une petite heure plus tard, il m’appelait et me racontait alors l’inoubliable en concluant par une formule à la fois burlesque et tellement ordinaire
« mais quelle rencontre coquine se fut ! »
Emerveillé par ce qui venait de se passer, il m’affirmait qu’il n’avait jamais autant pris son pied et qu’il sentait « matière » à avoir des sentiments !
Nous étions donc au coeur du sujet..
Good bye !