La communauté LGBT

Published by:

L’ensemble des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres se nomme actuellement la communauté LGBT.

L’un des principaux objectifs de cette communauté est d’affirmer avec plus de vigueur leurs droits sociétaux dans la jungle des homo sapiens. En ce sens, il s’agit de personnes qui s’impliquent politiquement dans ce combat et qui ne sont pas uniquement homosexuelles.

Rappelons tout d’abord que neuf personnes homosexuelles sur dix ont connu un rapport sexuel avec une femme ou avec un homme… La frontière devient poreuse entre l’hétérosexuel qui n’ose pas franchir le cap et celui qui fait l’amour à tout ce qui respire de l’oxygène sur terre. De plus, on a quand même les chocottes de se dire qu’on se fait détourner des filles par certaines créatures suspicieuses du troisième arrondissement de Paris.

Les chiffres parlent et sont implacables: six pour cent de la population se déclare homosexuel. Ce n’est pas beaucoup en matière de pourcentage mais concrètement cela signifie qu’à Mâcon, préfecture du département de Saône-et-Loire, il n’y a pas loin de deux mille homosexuels sur une ville composée de 33000 habitants. On va s’épargner sa petite banlieue pour ne pas gonfler les scores mais c’est une frange très souvent sous-estimée dans l’imaginaire collectif. On ne compte pas non plus les « refoulés » qui résistent à la tentation tant bien que mal.

La communauté LGBT s’est associée au symbole de l’arc-en-ciel pour se représenter et pour ainsi affirmer son ouverture d’esprit et sa tolérance envers les autres. Quoi de mieux que l’ensemble des couleurs présentent dans la nature pour manifester cette indulgence universelle envers les comportements sexuels de tout un chacun ? C’est aussi une image idéale pour faire culpabiliser les conservateurs sur leur manque d’étendard…

La communauté LGBT est aussi composée d’une constellation d’associations qui défendent diverses causes comme la lutte contre le sida et la défense des différences concernant la sexualité.

Ce mouvement dispose ainsi de sa propre histoire. Par exemple, la déclaration de Montréal en 2006 a amorcé de nouveaux combats comme le droit au mariage homosexuel. C’est une lutte qui traverse actuellement le monde et qui est mise en place dans de nombreux pays occidentaux depuis ces dernières années.

Les principes deYogyakarta représentent quant à eux une série de revendications pour la défense des droits de l’homme en matière d’orientation sexuelle.

Ces divers mouvements défendent aussi les droits des femmes victimes de discriminations diverses dans le monde social et professionnel. C’est ainsi qu’apparaissent certaines organisations issues de la communauté LGBT, comme le mouvement « femen » qui mène de nombreuses actions internationales contre le conservatisme en général. Leurs adversaires principaux sont les religions, ces dernières étant généralement hostiles à la libéralisation des mœurs, notamment en matière de pratique sexuelle. C’est ainsi que la religion catholique ainsi que la religion musulmane sont souvent montrées du doigt par ce type d’organisation, toujours plus proche d’une philosophie libertaire plutôt que des dogmes religieux établis.

Certains regroupements sont organisés dans les grandes villes, comme par exemple la « Gay Pride » qui a accueilli 700 000 personnes à Paris en 2015. Elle peut aussi se traduire par la « marche des fiertés ». Le droit à la différence ou à l’indifférence ?
La communauté LGBT

Mon sexe véritable machine de guerre..

Published by:

D’un tempérament plutôt contemplatif, j’ai remarqué quelque chose d’inhabituel depuis la fin de ma puberté: mon sexe est une véritable machine de guerre.

Bijou de la nature, il est équipé d’une multitude de propriétés qui font de lui une chose tout à fait exceptionnelle. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que mon ancienne copine le désignait sous le patronyme d’un dictateur chiite très populaire au Moyen-Orient pour son charisme, sa puissance et sa cruauté.

Regardons-le d’un peu plus près: une futaie de poils épais comme des cure-dents forme la base de mon sexe et le protège des potentiels envahisseurs du microcosme l’environnant. Seulement, l’analyse laisse place à l’émoi, voire à la béatitude, quand ce dernier se met en mouvement pour pratiquer son ballet.

Cela fait de mon sexe un animal très appréhendé au sein du foyer par les animaux domestiques qui sentent le danger à plusieurs mètres. Mon pénis monte alors en régime sous l’effet d’un film érotique défilant sur l’écran de mon ordinateur. À mi-chemin, la situation est encore sous contrôle même si le chat est agonisant sous l’évier et que le perroquet a entamé ses angélus ! Puis le membre n’en finit plus de monter, les veines se remplissent alors d’un liquide de vie prospère et ruisselant dans les crevasses de celui-ci. Je viens à présent d’atteindre le point de non-retour…

Le perroquet intensifie ses prières, un vase tombe du vaisselier, la terre tremble, la télé se brouille puis, d’un seul coup, le disjoncteur saute ! À croire que les éléments sont irrémédiablement dépassés par ce chef-d’œuvre de l’omnipotent.

Les voitures dans ma rue se sont immobilisées. Oui, mon sexe dégage présentement des radiations nucléaires du fait de sa densité. L’espace se courbe, mon organe devient indépendant et je n’ai plus qu’à constater le travail. Un système de puissants pistons met mon sexe en branle de façon autonome, il culmine à quarante huit centimètres de hauteur désormais et dégage l’équivalent du bruit d’une mobylette lancée à 90 kilomètres à heure.

Ensuite, vient alors le moment de la jouissance où tous ces pipe-lines vont enfin être libérés de cette substance de vie: quasiment 30 centilitres de spermatozoïdes d’une qualité unique vont finir par s’éjaculer dans le récipient en face de moi.

Dans la rue, les voitures redémarrent et les nuages s’éclipsent dans le ciel. J’ai naturellement un contrat avec les industries pharmaceutiques européennes, très intéressés par ma semence réputée pour ses vertus thérapeutiques, notamment pour lutter contre la maladie de Parkinson et les infections létales rencontrées chez les jeunes nourrissons.

mon sexe est une véritable machine de guerre

Cependant, vivre avec un tel outil paramilitaire n’est pas sans repos puisque avec une production journalière de plus de 100 centilitres, l’impact sur le métabolisme est ahurissant. C’est ainsi que je mets en place avec un organisme un programme diététique permettant de métaboliser au mieux mes ressources naturelles. Je me nourris ainsi de saumons et de harengs pour huiler la machine, mais aussi de féculents pour apporter une consistance aux spermatozoïdes. Enfin, la bière est d’une grande utilité pour maintenir une pression au moment de l’assaut !

Et dire que tous ces éléments sont liés à l’aboutissement final du produit… Machine de guerre ? Oui !

Nuit insolite entre homosexuels.

Published by:

Jean-Marc est marié et ce matin il prend son petit déjeuner composé d’un grand verre de lait et d’une omelette au bacon. En cette heure, il est loin de penser qu’il va passer ce que l’on peut appeler « une nuit insolite entre homosexuels »…

Nuit insolite entre homosexuels, première partie.
Ce soir il est invité avec Nadine, sa compagne depuis douze ans, à une cérémonie prônant la sauvegarde des pandas dans un château de la banlieue sud de Paris. L’organisation est menée par un riche milliardaire chinois qui a décidé de venir en Occident afin de promouvoir son combat ainsi que de lui donner une résonance médiatique.
Nadine et Jean-Marc arrivent à 18 heures pétantes au château et l’affluence est déjà forte, c’est la soirée branchée du week-end parisien et la bourgeoisie francilienne s’expose. Le dîner se déroule parfaitement et les coquilles Saint-Jacques sont excellentes et précèdent un remarquable filet de Saint-Pierre accompagné de ses pommes de terre sautées. À l’heure du digestif, l’ivresse est collective du fait de la qualité du vin et le discours d’introduction du chinois est par ailleurs déjà très loin dans les esprits… Il s’organise alors un grand bal dans le salon orné de magnifiques tentures du Moyen Âge contourné par des escaliers magistraux.
Rapidement, Jean-Marc est perturbé par la présence d’une belle brune aux yeux bleus mais ne veut pas offusquer sa moitié. Cependant, sa surprise est grande lorsque cette sirène le retrouve à l’étage alors qu’il se dirige vers le balcon réservé aux fumeurs. Au moment de craquer son Cohiba, la discussion s’engage avec cette magnifique créature et brusquement le dialogue se transforme en séance de charme. La jeune femme se nomme Helena, séjourne à Paris pour l’été et dit se sentir très seule. Jean-Marc, grisé par l’alcool et comprenant que la demoiselle ne recherche que du sexe, est victime d’une érection ! Après courte réflexion, il décide finalement de céder à ses charmes… Ils se donnent rendez-vous trente minutes plus tard dans la chambre du valet de trèfle, au cinquième et dernier étage.
En revenant au salon, il constate que Nadine danse avec deux de ses amies et semble passer une soirée inoubliable, ce qui est idéal pour chloroformer le moindre soupçon. Prétextant un appel d’urgence d’une petite heure concernant le nouveau contrat qu’il doit signer avec les norvégiens (Jean-Marc est le vice-président de la première entreprise importatrice de bois en France), il file à l’étage retrouver sa dulcinée d’un soir. Il arrive dans la chambre et voit cette beauté fatale allongée dans le lit et corsetée dans une guêpière dorée du meilleur ton. Ils s’embrassent, s’enlacent et la situation change du tout au tout lorsque arrive la vague des préliminaires…
Helena est nantie d’un pénis ! Jean-Marc est alors renvoyé directement à sa dure réalité de séducteur surclassé. Jamais il n’avait séduit si bel hominidé et il aurait dû se douter qu’il y avait une erreur dans le casting. Qui plus est, le rêve se transforme en cauchemar au moment où Jean-Marc rejette les avances de plus en plus agressives de l’androgyne. En effet, l’alarme incendie se met à retentir et un feu semble se déclarer au cinquième étage d’après l’organisateur de la soirée, armé de son haut-parleur au milieu de la cour. Jean-Marc frissonne et rapidement il va devoir trouver une solution pour sortir avec l’aide d’une personne dont il vient de fragiliser son lien. Pour preuve, Helena décide de se venger du refus qu’elle vient d’essuyer en déchirant le pantalon du costume Weston offert par Nadine pour leurs dix ans de mariage, la tuile.

Seulement voilà, Jean-Marc est ardennais et en Ardenne les hommes ont de l’orgueil, pour ne pas dire des c… Il décide sur le champ de forniquer Helena en la salissant de propos homophobes. Rapidement, il comprend qu’elle aime ça et qu’elle en redemande. La personnalité de Jean-Marc s’ébranle à la vue du pénis de sa partenaire et sa tête se met à tourner de plus en plus. Il se reprend alors et son objectif devient très clair, garder son rythme effréné quant aux coups de reins prodigués car il les trouve d’une pureté olympique. En plein ébat, il réalise alors que les faux seins en silicone de cette demoiselle sont magnifiques et que ses cheveux longs et lisses sont totalement à son goût. C’est ainsi, alors que Jean-Marc commence à prendre ses aises et à monter en pression, que la situation dérape…
La porte de la chambre s’ouvre et le milliardaire chinois apparaît pince-sans-rire, accompagné d’une demi-douzaine de pompiers gogos danseurs et de quelques convives dont… Nadine !
En réalité, aucun feu ne s’est déclaré et il s’agit pour l’organisateur de simuler un incendie afin de faire débarquer des pompiers gogos danseurs pour réchauffer le cœur des convives dans les quatre chambres du cinquième étage. Jean-Marc remonte rapidement son pantalon mais le processus d’éjaculation est lancé en direction du chevalier d’Éon et c’est ainsi que le premier jet vient s’aplatir sur le rectum de ce dernier, devant un auditoire tout bonnement atterré.
Le verre de gin-vodka de Nadine tombe et fait un demi-tour sur lui-même pour venir s’écraser sur le marbre composite et avant que ne s’ensuive un sanglot étouffé et honteux. C’est d’ailleurs, après seulement quelques petites secondes, que le claquement des talons aiguilles de Nadine se fait entendre dans un bruit s’étouffant au fur et à mesure qu’elle s’éloigne de la pièce…
Le milliardaire, philanthrope de la première heure, vient consoler notre ami en mettant en relief un parallèle douteux entre ce qui venait de se dérouler et son combat pour la préservation des pandas. Les gogos danseurs, très empathiques, viennent consoler Jean-Marc qui s’effondre dans leurs bras, proposant ainsi une scène terriblement émouvante et témoignant d’une solidarité masculine infaillible même face à ce type de comportement borderline.
Helena tourne également les talons et repart à la soirée où elle tient à se trouver un nouveau pigeon novice en la matière. Dans l’escalier, à l’encablure d’une tapisserie représentant l’apocalypse selon Saint-Jean, elle croise Nadine qui remonte voir son mari pour lui exprimer ses dernières vérités.
Helena, loin d’être confuse, lui affirme que son mari n’est qu’un naïf homophobe mais qu’il est un bon coup !

Nadine, n’ayant pour sa part aucune envie d’écouter quoi que ce soit, continue sa marche en vue d’infliger à Jean-Marc un soufflet dont elle a le secret. Arrivée devant la porte grande ouverte de la chambre, le spectacle lui est pitoyable. Jean-Marc pleure, la tête reposée contre le pectoral d’un gogo danseur, en criant à tue-tête que les femmes sont toutes les mêmes. Nadine renonce finalement à reprendre contact avec ce mari dont elle n’avait jamais réellement douté auparavant.