L’amour, le sentiment..

Published by:

Chimiquement, l'amour provoque une sécrétion de phényléthylamine

Qu’est-ce que l’amour ? Chimiquement, l’amour provoque une sécrétion de phényléthylamine qui provoque le bonheur.

Cette substance soit disante responsable de l’amour, est également présente dans le chocolat mais j’ai beau en manger des tonnes, je ressens plus de la culpabilisation que de l’épanouissement sentimental.

Il y a les rites de l’amour comme la Saint-Valentin. « C’est trop commercial ! » me répondent les femmes célibataires que je côtoie… Il est toutefois possible de remarquer que cet évènement reste incontournable et qu’il est un vecteur de consommation et de croissance tout aussi légitime qu’Halloween ou Noël. La Saint-Valentin est issue de l’antiquité, le saviez-vous ? En effet, durant la Rome antique, les ancêtres des italiens fêtaient le festival de Lupercus, ce dernier étant le dieu de la fécondité.

Comme nous l’avons assimilé dans le premier paragraphe, l’amour est une drogue et hormis la phényléthylamine, il se sécrète également l’ocytocine, responsable du manque quand vous êtes loin de votre dulcinée. L’ocytocine a la vertu d’éliminer les défauts de votre compagnon, ce qui explique la reconnaissance des défauts lorsque sa sécrétion est diminuée au fil du temps. À ce propos, sachez qu’il s’en sécrète au moment de l’éjaculation, ce qui explique l’apathie que vous pouvez ressentir immédiatement après éjection de la purée.

C’est d’ailleurs pour cela qu’un business s’est formé autour de l’ocytocine comme la journée internationale des câlins au mois de janvier. Il s’est également ouvert des bars à câlins où vous pouvez « prendre » des bisous au lieu d’une bière. Pour qui aime les câlins « inédits », l’expérience peut valoir le coup d’être vécue…

Aussi et bien que cette transition n’ait pas réellement de sens, il y a une nécessité de reproduction des êtres humains pour survivre et quand « Amour » il y a, l’épanouissement personnel de tout un chacun est d’autant plus grand. De plus, si l’Amour n’est pas nécessaire pour procréer, l’enfant doit quant à lui avoir deux parents l’aimant pour grandir « sainement ». Ainsi, la nature fait tomber amoureux l’homme et la femme pour que le bébé ne reste pas seul et puisse grandir et « évoluer » dans la meilleure atmosphère possible. Ce « programme amoureux » arrive à terme quand l’enfant grandit et c’est pour cela que l’on peut parler de cette étape dès l’âge de sept ans. C’est à ce moment-là que votre corps ne sécrète plus d’ocytocine. Il est donc possible de dire que vous avez « joué votre partition »…

Évidemment, ceci est une vision également subjective (bien que reposant tout de même sur des principes avérés) et les traditions sempiternelles occidentales ont fait en sorte qu’un homme soit le mari d’une seule femme et vice-versa. Or, étant donné le bouleversement sociétal de ces dernières années, il ne serait pas surprenant de voir revenir au galop sur le devant de la scène diverses et variées tendances déjà « approchées » par le passé. Cela a d’ailleurs déjà commencé par les relations courtes, les familles monoparentales et l’explosion de l’individualisme.
Chimiquement, l'amour provoque une sécrétion de phényléthylamine

Il y a aussi le mystère de l’amour, de la beauté, de la transcendance, de l’immatériel et ma tondeuse à réparer au plus vite si je ne veux pas me faire avoiner en rentrant au bercail…
http://www.scienceshumaines.com/qu-est-ce-que-l-amour_fr_14434.html

Homosexualité: communauté gay (2/2)

Published by:

Pourtant nous ne pouvons ignorer la plus-value apportée par la communauté gay.

Dans les capitales européennes, leurs quartiers communautaires de la communauté gay sont les plus en vogue du fait du sens de créativité de cette population. Le Marais à Paris est un véritable haut lieu des nuits parisiennes où les commerces et les animations fleurissent abondamment. Ce sont généralement des quartiers calmes et propices au développement du fait de leurs concentrations d’homosexuels qui se montrent généralement très ouverts et entrepreneurs dans tous les sens du terme…

Reste la question de l’adoption, plus politique et qui déchaîne les passions en Europe et aux États-Unis. Il semble que ce soit la stabilité du couple qui importe à l’équilibre de l’enfant et non sa constitution sexuelle. De surcroît, ayant déjà une expérience de la « lutte », nous pouvons penser que cela va stimuler l’affirmation de soi du jeune éduqué, qui devrait qui plus est développer des compétences annexes pour défendre l’identité de ses parents.

Jung, le psychanalyste, dit que nous avons tous notre part de masculinité et de féminité (respectivement animus et anima), ce qui paraît incontestable. Quelle population est plus ouverte d’esprit et symbolise mieux l’intégration des différences que la communauté gay « LGBT » ?
communauté gay

Dans le même contexte, il semble difficile de dépareiller la bisexualité de cette mouvance puisque la majeure partie des homosexuels se recensent aussi bisexuels. En effet, il y a peu de bisexuels « véritables », c’est-à-dire que ces personnes ont généralement une orientation sexuelle majeure et peu couchent avec autant de femmes que d’hommes. Une seule expérience avec un partenaire du même sexe vous propulse ainsi au statut de bisexuel. Dura lex, sed lex !

D’ailleurs, il est parfois entendu que c’est « pire » d’avoir seulement eu une unique relation sexuelle avec une personne homosexuelle (ou hétérosexuelle) car l’humain n’aime pas les incertitudes, les comportements inclassables étant fortement anxiogènes. Ce qui est particulier avec le bisexuel, c’est que quelque part il est un peu comme vous et moi alors que l’homosexuel est bien défini. Ils ont même leur propre drapeau, moins coloré que les LGBT mais tout aussi véritable et revendiqué. Pour la petite information, il y a autant d’hommes que de femmes au sein de cette communauté.

La bisexualité est donc angoissante pour certains du fait qu’elle se situe à califourchon entre deux types de sexualité, et même s’il est à savoir que d’autres « positionnements et pensées » se situent entre l’hétérosexualité et la bisexualité. Nous savons par exemple que la bisexualité provoque une fascination chez l’ensemble de la population, d’où les civilisations (grecs, romaines…) qui prenaient celle-ci comme « norme de départ malléable ».

Que ce soit dans le cadre de la routine, du fantasme, de l’observation, du rejet ou d’une haine tremblante, l’homosexualité et ses extensions (bisexualité, pansexualité) créent parfois un malaise qui peut provoquer des décisions ou des provocations extrêmes. Dans un monde libertin, nous ne nous situons pas dans la lutte effrénée ou dans la sur-revendication de différences qui scindent la population sur un sujet qui devrait tous nous rassembler: le sexe.

Homosexualité 1/2

Published by:

Vous voulez cultiver votre singularité ? Devenir un vrai rebelle ? Vous avez déjà essayé en vous battant avec votre voisin, en quémandant un rendez-vous avec votre patron ou en intégrant un syndicat. Mais si vous voulez devenir un vrai renégat que personne n’osera venir chatouiller, tournez-vous vers l’homosexualité. Lire « Des rencontres Homo sans aucune gêne« .

Cela peut paraître compliqué car nous avons tous eu notre petite période homophobe durant notre adolescence. L’ébranlement suscité par le « même » provoque un rejet violent qu’il faut savoir dompter.

Il est des pays où l’homosexualité se soigne à coups d’électrochoc et de lapidation, quand ce n’est pas carrément la peine de mort. Arabie Saoudite, Maghreb, Chine ne voient pas d’un bon œil ce type de sexualité. Forcément, nous pouvons alors nous dire que nous avons peut-être été un peu trop correct en comparaison avec les mesures prises par certains de nos concitoyens du monde.

Votre voisin du bâtiment C qui dégorge des poulets quarante heures par semaine aime signaler le caractère « peu naturel » de ce type de pratique ? Reste à savoir si sa Peugeot 205 reconfigurée est aussi naturelle !

« L’homosexualité tue l’humanité ! » qu’il renchérit durant un repas de l’amicale des plaisanciers, se souciant certainement du taux de fécondité relativement bas que l’on rencontre en Europe occidentale et qui met à mal le taux de croissance national. Pourtant, je ne suis pas sûr que sa main droite va nous permettre de lancer une politique nataliste ambitieuse. Nous pouvons envisager que les prochains millénaires pourront voir apparaître un système d’auto-reproduction androgyne mais nous en sommes encore bien loin… Que Dieu soit loué !

Finalement, l’homosexualité n’est-il pas une forme d’équilibre face à la surpopulation ? Il semble que non, étant donné son caractère ancien voire éternel. Au-delà que cela se constate également chez certains animaux, les premières traces de cette pratique nous reviennent de l’Antiquité. Les grecs sont connus pour le système de tutorat pédérastique et Jules César s’était même tapé Nicomède IV alias « Philopator » (ceci n’est pas une blague). À l’époque, cela ne pose pas trop de problèmes car la bisexualité est admise voire normale pour l’empire… Mais c’est le caractère passif ou actif qui attire l’attention sur le sujet. Sur ce point, il semblerait d’ailleurs que Cicéron avait son avis sur la position de César dans sa relation avec le roi de Bithynie, ce qui valut au futur empereur des affronts violents et durables. Étant donné que nous connaissons le caractère séditieux de l’hétérosexuel de base, nous pouvons donc mieux comprendre pour quelle raison nous parlons également de la « Pax Romana », et même si bien entendu cette dernière n’est pas uniquement en relation avec ce sujet…
l'homosexualité n'est-il pas une forme d'équilibre face à la surpopulation

Dans le monde actuel, l’homosexualité commence de nouveau à être acceptée et ce, après des siècles d’interdiction consécutifs au succès des religions monothéistes et à leurs formes inquisitrices sur ce point précis. De nos jours, c’est donc surtout en Afrique et au Proche-Orient, là où la religion est encore « prégnante », que l’homosexualité est interdite voire punie. D’autres pays ne punissent pas ce type de sexualité mais mettent en place des thérapies médicamenteuses ou des électrochocs pour la contrecarrer. L’homéopathie n’a pas encore fait son apparition dans ce secteur mais nous y venons peu à peu étant donnée la capacité du secteur pharmaceutique à s’engouffrer dans les failles lucratives.