L’amour, le sentiment..

Qu’est-ce que l’amour ? Chimiquement, l’amour provoque une sécrétion de phényléthylamine qui provoque le bonheur.

Cette substance soit disante responsable de l’amour, est également présente dans le chocolat mais j’ai beau en manger des tonnes, je ressens plus de la culpabilisation que de l’épanouissement sentimental.

Il y a les rites de l’amour comme la Saint-Valentin. « C’est trop commercial ! » me répondent les femmes célibataires que je côtoie… Il est toutefois possible de remarquer que cet évènement reste incontournable et qu’il est un vecteur de consommation et de croissance tout aussi légitime qu’Halloween ou Noël. La Saint-Valentin est issue de l’antiquité, le saviez-vous ? En effet, durant la Rome antique, les ancêtres des italiens fêtaient le festival de Lupercus, ce dernier étant le dieu de la fécondité.

Comme nous l’avons assimilé dans le premier paragraphe, l’amour est une drogue et hormis la phényléthylamine, il se sécrète également l’ocytocine, responsable du manque quand vous êtes loin de votre dulcinée. L’ocytocine a la vertu d’éliminer les défauts de votre compagnon, ce qui explique la reconnaissance des défauts lorsque sa sécrétion est diminuée au fil du temps. À ce propos, sachez qu’il s’en sécrète au moment de l’éjaculation, ce qui explique l’apathie que vous pouvez ressentir immédiatement après éjection de la purée.

C’est d’ailleurs pour cela qu’un business s’est formé autour de l’ocytocine comme la journée internationale des câlins au mois de janvier. Il s’est également ouvert des bars à câlins où vous pouvez « prendre » des bisous au lieu d’une bière. Pour qui aime les câlins « inédits », l’expérience peut valoir le coup d’être vécue…

Aussi et bien que cette transition n’ait pas réellement de sens, il y a une nécessité de reproduction des êtres humains pour survivre et quand « Amour » il y a, l’épanouissement personnel de tout un chacun est d’autant plus grand. De plus, si l’Amour n’est pas nécessaire pour procréer, l’enfant doit quant à lui avoir deux parents l’aimant pour grandir « sainement ». Ainsi, la nature fait tomber amoureux l’homme et la femme pour que le bébé ne reste pas seul et puisse grandir et « évoluer » dans la meilleure atmosphère possible. Ce « programme amoureux » arrive à terme quand l’enfant grandit et c’est pour cela que l’on peut parler de cette étape dès l’âge de sept ans. C’est à ce moment-là que votre corps ne sécrète plus d’ocytocine. Il est donc possible de dire que vous avez « joué votre partition »…

Évidemment, ceci est une vision également subjective (bien que reposant tout de même sur des principes avérés) et les traditions sempiternelles occidentales ont fait en sorte qu’un homme soit le mari d’une seule femme et vice-versa. Or, étant donné le bouleversement sociétal de ces dernières années, il ne serait pas surprenant de voir revenir au galop sur le devant de la scène diverses et variées tendances déjà « approchées » par le passé. Cela a d’ailleurs déjà commencé par les relations courtes, les familles monoparentales et l’explosion de l’individualisme.
Chimiquement, l'amour provoque une sécrétion de phényléthylamine

Il y a aussi le mystère de l’amour, de la beauté, de la transcendance, de l’immatériel et ma tondeuse à réparer au plus vite si je ne veux pas me faire avoiner en rentrant au bercail…
http://www.scienceshumaines.com/qu-est-ce-que-l-amour_fr_14434.html